4.7 Circuits oscillants

Le courant est oscillant du condenseur à la bobine jusqu’à ce qu’il soit annulé et vice versa, de la bobine au condensateur. Il en va de même avec les tensions en C et L, avec la particularité déjà connue qu’il y a une lacune entre le courant et la tension, de sorte que la tension du condenseur soit retardée par rapport à l’intensité et dans la bobine de tension, elle est avancé par rapport au courant, comme indiqué dans la représentation vectorielle de l’image supérieure. Il est évident parce que nous sommes confrontés à une oscillation électrique et, d’où le nom de ces circuits.

Nous n’avons pas dit au début de notre exposition, que ce que nous avons analysé est un circuit idéal, de sorte que la bobine manque de résistance ohmmique; Cela ne se produit pas dans la pratique, car il est petit que sa valeur résistive est là et qui suppose que dans chaque cycle de charge et de décharge du condenseur, une partie de la puissance électrique est dissipée sous forme de chaleur, de sorte que la tension va progressivement décroissant, amortissant l’effet décrit; Comme cela peut être apprécié dans l’image la plus basse. Sinon, cela signifierait qu’avec un seul fardeau de notre condenseur, nous aurions un cycle perpétuel entre les deux éléments et cela est impossible. En fait, de manière à ce que le cycle soit répété de manière permanente, nous avons besoin de la contribution constante d’une source d’énergie qui compense les pertes d’énergie de la bobine.

Coussin d'onde sinénoïdale dans un circuit oscillant LC

Image 49: Amortissement de l’onde sinusoïdale dans un circuit oscillant LC.
Source: ELABORATION PROPRE.

Si nous voulons connaître la fréquence d’oscillation du circuit que nous venons de décrire, dans laquelle la résistance ohmmique est null, nous devons nous rappeler le concept de résonance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *