Rencontre dans le Capitole: Signature de l’appel ordinaire de la paix

Sofía Lobos – Vatican City

rassemblé à Rome dans « l’esprit d’Assise », l’après-midi de 20 Octobre, le pape François a participé à la 34e réunion internationale de la prière pour la paix intitulée « Personne ne sauve seule, la paix et la fraternité », organisée par la communauté de Sant’Egidio que cette année, en raison de la pandémie, a eu lieu à Rome de la place Capitole .

L’événement a été assisté par Patriarche Bartolomé I avec des représentants du judaïsme, de l’islam et du bouddhisme, ainsi que de la présence du président de la République italienne, Sergio Mattarella. La cérémonie a culminé avec le cabinet de l’appel commun à la paix, dont le texte partagé sous l’intégralité:

appel commun à la paix

rassemblé à Rome dans « l’esprit d’Assise », spirituellement unis Pour les croyants de tout le monde et des femmes et des hommes de bonne volonté, nous avons tous prié ensemble pour implorer le don de la paix dans notre pays. Nous nous sommes souvenu des plaies de l’humanité, nous avons dans le cœur la prière silencieuse de tant de personnes souffrant, sans nom et sans voix. Pour cette raison, nous nous engageons à vivre et à proposer solennellement les responsables des États et des citoyens du monde cet appel à la paix.

Dans cette Plaza del Campidoglio, peu de temps après le plus grand conflit guerrier que l’histoire se souvient de l’histoire, Les nations qui avaient été confrontées à un pacte, fondée sur un sommeil de l’unité, qui a ensuite été réalisée: l’Europe unie. Aujourd’hui, en cette période de désorientation, battue par les conséquences de la pandémie de Covid-19, qui menace la paix en augmentant les inégalités et les craintes, nous disons fortement: personne ne peut se sauver seule, pas de gens, personne.

« Ne plus jamais la guerre! »

guerres et paix, pandémie et soins de santé, faim et accès à la nourriture, au réchauffement de la planète et au développement de la durabilité, des déplacements des populations, de l’élimination du danger nucléaire et de la réduction de Les inégalités n’ont pas seulement une incidence sur chaque nation. Nous le comprenons mieux aujourd’hui, dans un monde plein de connexions, mais cela perd souvent le sens de la fraternité. Nous sommes des soeurs et des frères, tous! Nous prions le plus élevé que, après ce temps de test, il n’y a plus de « les autres », mais une grande diversité « nous » riche. Il est temps de rêver à nouveau, avec courage, cette paix est possible, cette paix est nécessaire, qu’un monde sans guerre n’est pas une utopie. C’est pourquoi nous voulons dire une fois de plus: « Jamais la guerre! ».

Malheureusement, la guerre a de nouveau apparu à de nombreuses voies possibles pour la solution de litiges internationaux. Ce n’est pas comme ça. Avant qu’il ne soit trop tard, nous voulons se souvenir de tous que la guerre quitte toujours le pire monde comme je l’avais trouvé. La guerre est un échec de la politique et de l’humanité.

Travailler pour une nouvelle architecture de la paix

Nous avons besoin de dirigeants qui rejetaient la langue de la division, qui est maintenue fréquemment par des sentiments de peur et de méfiance, et afin qu’aucune route ne soit entreprise. Regardons ensemble les victimes. Il y en a beaucoup, trop de conflits encore ouverts.

à ceux responsables des États nous disons: travaillons ensemble pour une nouvelle architecture de la paix. Nous rejoignons les forces pour la vie, la santé, l’éducation et la paix. Le temps est venu d’utiliser les ressources utilisées pour produire des armes de plus en plus destructrices, des promoteurs de la mort, de choisir la vie, de la guérison de l’humanité et de la maison commune. Pas perdre du temps! Commençons par des objectifs réalisables: nous rejoignons maintenant les efforts visant à contenir la diffusion du virus jusqu’à ce que nous ayons un vaccin idéal et accessible à tous. Cette pandémie se souvient de nous que nous sommes des soeurs et des frères de sang.

Soyons avec la créativité artisans de paix

à tous les croyants, femmes et hommes de bonne volonté, nous disons: Soyez avec créativité artisans de paix, nous construisons une amitié sociale, faites-nous savoir la culture du dialogue. Le dialogue loyal, persévérant et courageux est l’antidote contre la méfiance, la division et la violence. Le dialogue se dissout de la racine des guerres, qui détruisent le projet de fraternité inscrit dans la vocation de la famille humaine.

Personne ne peut sentir que vous devriez vous laver les mains. Nous sommes tous co-responsables. Nous devons tous pardonner et être pardonnés. Les injustices du monde et de l’histoire guérissent pas avec la haine et la vengeance, mais avec le dialogue et le pardon.

Que Dieu inspire ces idéaux en chacun d’entre nous et ce chemin que nous faisons ensemble, plasmando le cœur de chacun et Faire des messagers de paix.

Rome, Campidoglio, 20 octobre 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *