Stabilisation par phosphate de plomb et cadmium contenu dans les étages de la Villa de la Paz-Matehuala, SLP

Une étude a été réalisée sur l’immobilisation des métaux arsericiques et lourds dans les sols des municipalités de Matehuala et de la villa de La Paz, SLP, avec l’intention de réduire les risques environnementaux et la santé humaine, associé à la concentration totale élevée et à la bioactable d’éléments potentiellement toxiques (EPT), tels que AS, PB, CD, CU et Zn, dans des sols contaminés de l’urbain et des zones de banlieue des deux municipalités, de telle manière qu’elle n’affecte pas de manière significative les propriétés physiques et chimiques du sol. L’étude comprenait initialement l’identification des zones urbaines et suburbaines où elle est requise comme une priorité, immobilisant les métaux lourds et l’arsenic; Ensuite, la caractérisation des sols des zones sélectionnées pour l’immobilisation, par analyse de la teneur totale, bioactable (dissoute dans des conditions simulées de tractus gastro-intestinale) et phytoactable (dissoute dans des conditions qui simulent la solubilité des acides organiques caractéristiques des exsudats du blé racines); Enfin, les éléments de preuve établis dans la méthodologie ont été réalisés dans le laboratoire afin de déterminer les conditions favorisant l’immobilisation des métaux lourds et, comme l’aide du phosphate en tant qu’agent qui devrait promouvoir l’immobilisation des polluants. Pour cela, une étude préliminaire du traitement a été réalisée avec (CAPO4H2O) d’un échantillon de sol contaminé, identifié comme un risque environnemental élevé en raison de sa teneur totale et bioactile de PB et de la présente étude préliminaire, a montré une une plus grande diminution de la bioaccessibilité de la PB (17%) et une diminution limitée dans le cas de la présente. Sur la base des résultats des études précédentes dans lesquels il a été montré que le chemin d’exposition principal est l’apport du sol et de la poussière, tandis que la population plus susceptible est L’enfant, pour évaluer le risque associé à la concentration de PB, avant et après le traitement, le programme IEUBK a été utilisé dans ce travail, ce qui est un modèle biocinétique intégré d’exposition et d’apport de plomb chez les enfants. Dans tous les cas, il y avait une diminution des niveaux de plomb sanguins prenant comme référence la concentration bioactile de PB dans des échantillons stabilisés par rapport à ceux non traités. Cette étude préliminaire a également montré que les propriétés du sol évaluées (pH, par et conductivité) ne varient pas dans des groupes d’échantillons non traités et traités avec du phosphate de calcium dibasique. Ces informations sont étayées par l’analyse statistique correspondante. Une deuxième étude a eu lieu sur des échantillons situés dans des zones touchées des municipalités de la Villa de la Paz et de Matehutuala, obtenant une différence nulle dans la bioaccessibilité des polluants, indiquant que le traitement du phosphate n’a produit aucun effet favorable sur la réduction de la concentration biologique pour ces échantillons. Au lieu de cela, si une réduction du phytoaccessibilité de l’EPT a été observée, à l’exception de comme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *