Suki Lahav

Tzruya Lahav est né et a grandi au Kibbutz Ayelet Hashahar dans la région de la Galilée au sommet de la Galilée d’Israël, où il a appris à jouer à la fois la musique traditionnelle de Kibbutz en tant que musique classique.

En 1971, après avoir terminé son service militaire dans les forces de défense d’Israël, il s’est rendu aux États-Unis avec son mari Louis Lahav, un ingénieur audio qui a commencé à travailler avec Springsteen. Suki Lahav a participé comme un choix dans l’enregistrement à thème « 4 juillet, Asbury Park (Sandy) » de l’album Le Wild, l’innocent et la rue E Shuffle et a joué le violon dans « Jungland » de l’album né pour courir. Dans des spectacles en direct en tant que violoniste, il était le point focal pendant les chansons lentes, contrastant sa présence avec celle de Springsteen.

Pendant son séjour aux États-Unis a donné naissance à sa fille telle, qui est morte dans un Accident de la route avec seulement trois ans. Suki revint avec son mari à Israël au printemps 1975.

Le couple divorcé en 1977. Lahav, connu sous le nom de son nom hébreu, Tzruya, a formé une nouvelle famille avec Moshe Albalek à Jérusalem, avec qui il avait deux enfants. Au cours des années 1980, il a continué à faire de l’exercice comme violoniste, agissant à côté de l’orchestre israélien Kibbutz et a commencé sa carrière comme une actrice.

Au début du 90ème, il est devenu un lyriste d’apprentissage grâce au Thème « Shara Barkhovot » a représenté Israël au festival Eurovision de 1990, interprété par Rita. Lahav a écrit des chansons pour les musiciens et solistes les plus importants de son pays, dont beaucoup sont considérés comme des icônes de la musique israélienne. Il a également adapté les paroles d’autres langues en hébreu, telles que le thème de Leonard Cohen, « célèbre Blue Raincoat » en 1999. En 1999, il a écrit « Tfilat ha’imahot », inclus dans la route de l’album collaboratif à Jérusalem, interprété par Glykeria, Amal Murkus et Yehudit Tamir. En 2003, il a publié l’album non Loner The Sea: une collection de chansons de Tzruya Lahav, dont Rita, Yehudit Ravitz, Meir Banai et Yehuda Maniker Interprétations entre autres. En 2004, un spectacle a été produit à Tel Aviv avec ses chansons.

Lahav est l’auteur de plusieurs tirets, dont le film de 2019 Kesher et deux romans: les sabots en bois d’André (Kinneret, 2002), basé dans La véritable histoire d’un garçon survivant de l’Holocauste aux Pays-Bas et de la reine de Swamp, le tango (Am Oveda, 2004), un conte de fées pour adultes. Les deux livres ont remporté de nombreux prix, y compris un prix Yad Vashem et une récompense accordée par le ministère de la Culture d’Israël aux opéras bruts. Lahav est également dédié à l’enseignement, enseigné des cours d’écriture créative à Jérusalem, où il réside dans le quartier luxueux de la colonie allemande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *